• alimenterre2

FESTIVAL ALIMENTAIRE : LE BILAN

  Le festival ALIMENTERRE : nourrir la réflexion !

Le festival AlimenTERRE dans lequel s’est inscrit la projection-débat du 14 novembre  a pour objectif de nourrir la réflexion et d’alimenter le débat autour de sujets d’actualité liés à l’agriculture et à l’alimentation.

alimentaerre3

 

Le festival a pour thème cette année : des solutions pour nourrir la planète.

En effet pourra-t-on nourrir 10 milliards d’humains en 2050 tout en préservant la planète ? oui répondent les experts mais sous certaines conditions. Parce qu’il n’y a pas de solution unique il est utile de montrer des alternatives qui germent partout dans le monde pour mettre en place des systèmes alimentaires durables et responsables.  Aujourd’hui 795 millions de personnes souffrent de la faim et paradoxalement les paysans en sont les 1ères victimes.alimenterre2

 

alimenterre-affiche-10-ans_0A partir de ce constat les 1ère STAV ont choisi parmi 8 films le documentaire qui a été diffusé « HOLD UP SUR LA BANANE ». Parce qu’ils  sont de futurs acteurs du monde agricole et rural et parce qu’ils sont des consommateurs ils ont voulu provoquer le débat autour de ce fruit tropical qui est le plus consommé au monde. Chaque français en mange plus de 7 kg par an. Réputé pour être un fruit sain recommandé par tous les diététiciens, la banane est au cœur d’un marché mondial qui attise les convoitises. Sa rentabilité est telle qu’elle s’est transformée en placement financier, totalement déconnectée de la réalité des plantations.

Ce fil enquête sur les conditions de travail proches de l’esclavage, les pesticides utilisés de manière intensive, bref pout tout savoir sur les coulisses du commerce de la banane.

Après le film ont été d’accueilli sur scène deux intervenants qui ont acceptés d’ apporter leur expérience et leurs témoignages : Bertrand Lauwers (aujourd’hui directeur du lycée agricole de Chauny dans l’Aisne et qui a travaillé, dans le commerce de la banane) et Stéphane Chaub, responsable du magasin BIOCOOP à Hazebrouck.

Avant de lancer la projection Emilie interroge le public :

    • Qui mange des bananes ici ? toute la salle ou presque lève la main.
    • Quel est le prix d’un kilo de banane ? Les réponses varient entre 1.5€ et 4€ 
    • Savez-vous d’où viennent les bananes que vous mangez
    • Pensez-vous qu’il y a des différences entre une banane premier prix, une banane bio et une banane issue du commerce équitable ? (oh la la c’est un peu confus tout ça …)

alimentaire

Le noir se fait, silence règne dans la salle, le film débute.

Après la séance commence le débat,

Mme Deruelle recueille les premières réactions du public et les 1ères questions et remarques fusent déjà :  » peut-on encore consommer des bananes sans se rendre coupable de complicité d’esclavage » intervient un étudiant. « Aujourd’hui notre carte bancaire est devenue le seul moyen d’être citoyen »  commente une personne dans l’assemblée. « une banane qui transverse l’océan Atlantique en bateau mérite t-elle encore l’appellation de bio? » interroge un élève de STAV . Les intervenants répondent aux questions avec beaucoup de pédagogie. Il est maintenant 21h45 et il est temps de conclure. Le public est un peu frustré : il reste encore beaucoup de questions, et nous n’avons pas trouvé la solution mais le film n’a laissé personne indiffèrent et il a amené le débat jusque dans les salles de cours ou sur le trottoir où certaines conservations se poursuivent.

Vient l’heure des remerciements

C’est Lionel qui conclut : « C’est à moi que reviens le soin de conclure cette soirée. Je voudrais remercier tout d’abord Monsieur DISSEAUX, vice-président de la CAPSO qui a mis cette salle à notre disposition et nous a permis d’organiser cette projection-débat dans des conditions excellentes. Merci aussi à Monsieur LECOLLEY, responsable de l’AREA et son équipe pour leur accueil.

« Bien sûr nous témoignons toute notre reconnaissance à nos invités : Stéphane Chaub et Bertrand Lauwers qui ont répondu présents ce soir et pour la qualité de leur intervention. Merci aussi aux élèves de STAV du lycée de Chauny qui ont fait le déplacement (Chauny se situe 2h de route !!).

Merci à l’équipe du lycée Sainte-Marie de s’être mobilisée pour ce festival. Enfin merci à vous tous d’être présents, merci de l’intérêt que vous portez à ce projet pédagogique.

Nous espérons avoir contribué à vous informer sur les enjeux alimentaires chez nous et à travers le monde. Pour que chacun ait le droit à une alimentation de qualité et que chaque producteur puisse vivre dignement de son travail. »

A l’année prochaine

Share This Post

About Author: Celine Ducatez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *