• SLAM

SESSION SLAM PRIVÉE AVEC LES APPRENTIS

Une façon originale d’entrer en poésie … le Slam 

SLAM

Le slam, c’est “la parole, la poésie”

pour paraphraser un titre d’Eluard. L’écriture poétique retrouve une dimension orale qui la rattache également à une longue tradition, depuis les troubadours et ménestrels etgriots africains, jusqu’aux tchacheurs et autres MC’s issus du mouvement hip-hop, en passant par les traditions de poésie chantée occitane ou andalouse. Le slam constitue un moyen original de travailler sa langue, en confrontant des tournures à un ton parfois extrêmement recherchés à un auditoire attentif.

Nul mieux que cet auditoire vous renseigne en effet sur la justesse d’une image, la portée d’une pique ou la tenue d’une métaphore filée. Des poètes y viennent encore pour y découvrir une simplicité d’expression difficile à atteindre dans la solitude de l’écriture.

SLAM AURORE

Attention poète !

Après une certaine appréhension, beaucoup de questions, des manques d’inspiration, les apprentis slameurs Bac Pro SAPAT se sont pris au jeu. Ils ont commencé à écrire avec les contraintes imposées par leur formatrice (ben oui quand même un peu !), nous avons corrigé, ils ont recommencé, corrigé, réécrit jusqu’a obtenir un texte qu’ils pouvaient clamer fièrement.

SLAM

Le slam, c’est donc simplement et seulement de la poésie

Mais attention, de la poésie… orale. Nulle improvisation, les textes sont bel et bien écrits avant que les slameurs ne se lancent sur scène.  Les apprentis ont pour la plupart lu tout simplement – cahier, feuille de papier, écrit à la main ou informatisé tenus d’une main tandis que l’autre apprivoise le micro : pas facile cet exercice. Une poignée de minutes est impartie à chaque participant, une grille de notation pour le jury, un fond sonore obligatoire, des accessoires interdits … et que des bonnes notes (même pour la formatrice !). Nous avons écouté, rit, pleuré ensemble : de très belles émotions et quelques secrets dévoilés.

“Rimbaud du bitume, troubadours des temps modernes, ils taquinent la muse et clament leurs odes dans les cafés branchés de la capitale, un nouveau genre débarque outre Atlantique” (L’Express)

source : slameur.com

Share This Post

About Author: Celine Ducatez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *